TurquieVision
Fouilltes de Sagalassos

Une illustre pâtisserie d’Istanbul, Markiz

le 2012/11/22
Istiklal

Pâtisserie Markiz - Istiklal

        Après avoir subi la pression de la foule qui déambule en permanence sur İstiklal Caddesi, cette avenue piétonne située en coeur d’Istanbul et qui s’étend de la place de Taksim vers Tünel, une pause bien mérité s’impose au numéro 172, à la pâtisserie Markiz.

Cette célèbre enseigne de la Grande Rue de Pera, ancien nom de ce célèbre quartier d’Istanbul où la bourgeoisie se donne rendez-vous dans les années 30 à 50, a vu le jour grâce à Avadis Ohanyan Çakır.

Il apprend en 1940 que Lebon, figure bien connue de la place pour ces pâtisseries, ferme sa boutique et loue les lieux afin d’y vendre du chocolat et du fondant après avoir obtenu une autorisation du chocolatier français Menier.

Le nom de Markiz est choisi en souvenir de “Marquise de Sévigné” dénomination d’une autre illustre confiserie parisienne du quartier de la Madeleine.

Durant 7 mois, cet arménien originaire de Merzifon en Turquie, va décorer une partie des lieux de ses propres mains en recouvrant notamment les murs de miroirs. Il fait réaliser sur le mur droit de l’entrée deux vitraux par un certain Mazhar Resmor et confie le décor du plafond ainsi que le carton-pierre à un artisan arménien du nom de Cezerliyan. Les quatre panneaux en faïence style Art-Nouveau installés dans les années 20 sur les murs en bois, et qui représentent les quatre saisons, font partie intégrante du prestige des lieux.

Istiklal

Aujourd’hui, seuls “L’automne” et “le printemps” sont encore visibles, que sont devenus les deux autres panneaux ? C’est un mystère…

Sans tarder, Markiz va gagner ses lettres de noblesse tant pour la qualité des produits qui y sont distribués que son service impeccable. Le gratin artistique d’Istanbul vient ici se délecter des chocolats et desserts, notamment de son célèbre “fruit glacé”, ainsi que des innombrables cocktails proposés.

Une fois passé le parvis, après avoir montré patte blanche, ou plutôt cravates et chapeaux – loués si besoin est chez un commerçant voisin – c’est avec porcelaine de Limoges et argenterie française que l’on sert la clientèle.

Lorsqu’Avadis Çakır décède, ses biens vont être donnés à l’armée turque et Markiz ferme dans les années 70. Après une période sombre durant laquelle des pièces de rechange automobile sont vendues sur place, le Comité des Oeuvres et des Monuments Antiques place cette adresse sous sa protection en 1977 pour préserver cette décoration inhabituelle. En décembre 2003, après d’importants travaux et son rachat, la pâtisserie Markız ouvre à nouveau ses portes.

Quatre ans plus tard, c’est une chaîne de restauration rapide qui va prendre le relais. Heureusement, l’environnement n’a pas perdu de sa splendeur…


One Response to “Une illustre pâtisserie d’Istanbul, Markiz”

  1. […] Une illustre pâtisserie d’Istanbul, Markiz […]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>



Turquie Web GuideL'agenda CulturelGalerie VidéoBlog


Switch to our mobile site