Sivas – partie 1

Sivas

Sivas

La ville de Sivas en Anatolie Centrale, peu connue des touristes, possède de nombreux monuments – notamment de l’époque seldjoukide – et qui méritent qu’on s’y intéresse.

C’est aussi là qu’Atatürk et ceux qui l’entouraient ont fondé la République de Turquie car c’est dans le lycée de garçons du centre-ville que s’est tenu le fameux congrès de Sivas en septembre 1919. Le bâtiment est devenu un musée que l’on visite pour découvrir l’histoire des prémices de la République, photographier la salle où s’est tenu le Congrès, la chambre où Atatürk a dormi durant dans son séjour et de nombreux souvenirs de l’époque au milieu des photos et explications.

Comme sa voisine Tokat, découverte dans les deux précédents posts, Sivas mélange allègrement l’Orient avec la modernité.

Trois édifices importants sont situés dans un mouchoir de poche en plein coeur de la ville et c’est assurément là le point de retrouvailles des habitants. Tout près de la mosquée Kale construite en 1580 par Mahmut Paşa, grand vizir du sultan Murat III, se trouve la medrese Bürüciye érigée en 1271 par Muzaffer Bürücerdi dont le mausolée, recouvert de jolies céramiques, se trouve à l’intérieur, tout comme un jardin à thé toujours fort couru.

Portail de Bürüciye medresesi à Sivas

Portail de Bürüciye medresesi à Sivas

A quelques dizaines de mètres à peine, les deux medrese les plus connues de Sivas se font face. Şifaiye medresesi, datant de 1217, a été érigée pour le sultan seldjoukide Keykavus 1er et abritait par le passé une faculté de médecine. Dans la cour à droite, un impressionnant et superbe porche en céramique bleue et marron abrite la tombe de Keykavus. Là aussi, un jardin à thé est installé au centre ainsi que dans l’un ou l’autre eyvan (salle voûtée), de même que des magasins de souvenirs.

Juste en face de la porte d’entrée de la medrese précitée se dresse le majestueux portail de la medrese Çifte Minareli (double minaret) à admirer en détail, vu sa richesse. Construite pour le vizir Şemsettin Güveyni, elle a été achevée en 1271. Là encore, c’est devenu un des endroits où l’on se retrouve pour boire un thé ou fumer un narguilé.

Bien d’autres monuments fort intéressants attendent l’amateur d’architecture, qu’elle soit seldjoukide ou ottomane. C’est ce que nous découvrirons dans le prochain article consacré à la belle Sivas.

Leave a comment