TurquieVision
Fouilltes de Sagalassos

Le site de Priène dans un cadre bucolique

le 2013/07/26

Sur le site de Priène

       A 40 km au sud de Kuşadışı, sur la côte égéenne, se trouve le site de Priène dans un cadre bucolique.

Les origines de cette cité grecque ionienne remontent au XIème siècle av. J.-C. Après sa destruction par les Perses, elle est rebâtie en 350 av. J.-C. sur son emplacement actuel au pied du mont Mycale dont les 375 m de haut font partie intégrante du décor de carte postale.

Priène fut un centre religieux très important et plusieurs temples, l’un à la gloire d’Athéna, déesse de la sagesse, les deux autres en l’honneur de Déméter, déesse de l’agriculture et de Zeus, le dieu souverain, y ont été érigés.

S’il ne reste plus de traces ou presque des deux derniers, la terrasse du temple d’Athéna abrite cinq superbes colonnes dont la blancheur se détache sur les pins et la montagne. C’est l’empereur Alexandre le Grand qui a financé la construction de cet édifice réalisé par le célèbre architecte Pythéos.

Le théâtre, d’une capacité de 5000 places, possède un premier rang de sièges – appelé proédrie – enrichi de cinq majestueux fauteuils en marbre ornés de pattes de lions. Ce monument bien conservé est envahi par les chèvres des alentours qui en ont fait un de leurs lieux de prédilection.

Les vestiges du bouleutérion, où siégeait le tribunal populaire, sont aussi en bon état. Contrairement à la forme traditionnelle d’un hémicycle, il a été construit en U avec des angles droits et 650 personnes pouvaient y prendre place. Au milieu se dressait un autel pour les offrantes données aux dieux protégeant le site.

En poursuivant la visite se dessinent également les traces du stade et du gymnase. Au milieu de la cité, l’agora donnait d’un côté sur le marché et de l’autre sur le temple de Zeus.

Sur le côté ouest se trouvent les ruines des maisons romaines dont celle où aurait vécu Alexandre le Grand.

Il subsiste également des vestiges de l’ancienne église épiscopale byzantine, rappelant que Priène a été le siège de l’évêché durant l’Empire byzantin.

De nombreuses pierres, dont certaines issues de colonnades, ont élu domicile entre les pins environnants, formant ainsi une touche originale dans le paysage.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>



Turquie Web GuideL'agenda CulturelGalerie VidéoBlog


Switch to our mobile site