La Grande Mosquée et l’Hôpital de Divriği figurent au Patrimoine Mondial de l’Unesco

Une porte de la Grande Mosquée de Divriği

Une porte de la Grande Mosquée de Divriği

A 1250 m d’altitude et 175 km de la ville de Sivas se trouve dans la paisible cité de Divriği un joyau peu connu qui figure depuis 1985 sur la liste du Patrimoine Mondial de l’Unesco. Il s’agit de la Grande Mosquée – Ulu Camii - et de l’hôpital – Darüşşifa –, chefs d’oeuvre de l’art seldjoukide.

Ahmet Şah, émir Mengujekide qui règne sur cette ancienne capitale d’une des branches de cette dynastie en 1228, fait construire cette mosquée et Turan Melek, son épouse, donne l’ordre d’ériger un hôpital psychiatrique attenant à l’édifice religieux. Un bijou d’architecture verra le jour près 15 ans de travaux !

Quatre portails monumentaux d’une beauté éblouissante, permettent d’accéder, pour l’un, à l’hôpital et pour les trois autres à la mosquée. Chacun dispose d’un décor et de mensurations différentes. Des bas-reliefs dont certains de têtes humaines, d’autres de bouquets et de feuilles, de disques, d’étoiles et de motifs de lune, ornent ces portes.

Chacune d’entre elles porte un nom différent, la porte du Marché côté ouest de la mosquée – appelée aussi “Porte en textile” au vu de sa décoration d’ornements floraux composés comme un tapis de soie – la porte Nord orientée en direction de La Mecque et la porte du Şah, aussi appelée “porte de la Couronne” donnant vers l’Est.

La Grande Mosquée et l'Hôpital de Divriği

La Grande Mosquée et l’Hôpital de Divriği

L’intérieur de la mosquée, très dépouillé, contraste de façon saisissante avec la richesse de l’architecture extérieure.

Le Darüşşifa était destiné à traiter les malades mentaux avec de la médecine douce telle que la musique, le bruit de l’eau et le chant des oiseaux. Les sépultures d’Ahmet Şah et de 15 membres de sa famille reposent dans un mausolée au toit pyramidal situé entre deux colonnes de l’atrium de l’hôpital.

Page 1 of 2 | Next page