Dara, sa nécropole, ses citernes,…

Nécropole de Dara

Nécropole de Dara

Situé à 30 km au sud-est de la belle Mardin en direction de Nusaybın, le village de Dara attire de plus en plus de touristes suite à la découverte des richesses ancestrales qui s’y trouvent.

Ce secteur fut tour à tour possédé par les Romains et les Perses à partir du 1er siècle avant notre ère. Dara, qui tient son nom du roi perse Darius III (336-330 av. J.-C.9, fut choisi par l’empereur romain Anastasios pour devenir une ville de garnison, choix qui va transformer la structure du village d’origine entre 503 et 507 en centre militaire et administratif de la Mésopotamie.

Les fouilles se déroulant à Dara depuis 1986 ont permis la mise au jour de merveilles d’architecture diverses et variées.

Aujourd’hui, les visiteurs découvrent d’abord les étonnantes structures d’alimentation en eau potable installées à l’entrée de Dara avant de poursuivre par la superbe nécropole qui constitue le point d’orgue de la visite. Elle abrite des tombes de trois périodes différentes (celles dans la roche du VIème, des sarcophages datant du VIème au VIIIème siècle et de simples tombes mises en place entre le VIIIème et le XIVème siècle).

Plusieurs citernes souterraines, dont l’église-citerne située dans le centre du village de toute beauté et qui a fait l’objet d’une restauration réussie, interpellent assurément.

Eglise-citerne de Dara

Eglise-citerne de Dara

Au-dessus de la rivière Dara ont été construits 4 ponts, dont trois situés en plein centre, l’autre en dehors de la porte sud. Il est aussi possible de voir les ruines de certaines portes d’accès à la ville ainsi que l’avenue de l’agora située près de la rivière. Les plus curieux et qui résisteront le mieux à la chaleur torride de ce coin de la Turquie iront à la recherche du fonds baptismal d’une église grecque et du mausolée construit au 14ème ou au 15ème siècle.

Leave a comment