TurquieVision
Fouilltes de Sagalassos

Magique Bosphore

le 2013/06/18

Pont du Bosphore dans la brume

      Le Bosphore, un mot qui fait rêver dès son évocation et le voir permet de comprendre pourquoi il enchante à ce point.

Ce détroit légendaire de 32 km de long relie la Mer Noire à celle de Marmara coule entre deux continents, l’Europe et l’Asie et traverse une partie de l’immense Istanbul.

Deux ponts l’enjambent à ce jour, celui du Bosphore inauguré en octobre 1973 et le second appelé Fatih Sultan Mehmet ouvert à la circulation en juillet 1988. Un troisième est programmé pour une mise en service d’ici fin 2016.

De part et d’autre du Bosphore zigzaguant entre les rives, se trouvent les fameux yalı, ces magnifiques demeures en bois construites entre le XVIIème et le XIXème siècle et dont la réputation n’est plus à faire.

Plusieurs palais – tels Dolmabahçe et Beylerbeyi – mais aussi des résidences d’été des sultans ont été érigés au bord de l’eau.

Le ballet incessant d’embarcations de toutes sortes allant de la petite barque de pêcheur aux paquebots abritant des passagers du monde entier en passant par les quelques 60 000 cargos véhiculant leurs marchandises et les innombrables bateaux qui assurent la liaison entre les deux rives fait partie de ces paysages qu’on ne se lasse pas d’admirer.

La magie du Bosphore opère en permanence, que le regard se porte sur les collines des alentours, même si la verdure y est bien moins présente que les siècles passés, ou sur les constructions qui ont pris au fil des ans dans le décor ambiant.

Ceux qui ont la chance de pouvoir profiter du spectacle du lever du soleil, en particulier durant les mois de septembre et d’octobre, lorsque les couleurs offrent une palette somptueuse, gardent en eux ce souvenir indélébile.

Le détroit a d’ailleurs largement inspiré les artistes, en particulier peintres et écrivains qui trouvent là une source de création perpétuelle en fonction des heures et des saisons.

Aujourd’hui, la plupart des touristes venant à Istanbul profitent du Bosphore lors d’une croisière qui permet de se faire une idée précise de cet endroit unique au monde qui serpente entre deux continents.

Parmi les autres plaisirs donnant l’occasion de jouir de sa vue figurent le brunch du week-end, la dégustation d’un thé à presque n’importe quelle heure ou encore la simple contemplation, un luxe dont il serait dommage de se priver, surtout la nuit tombée, lorsque le pont du Bosphore s’illumine de coloris qui varient constamment.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>



Turquie Web GuideL'agenda CulturelGalerie VidéoBlog


Switch to our mobile site