TurquieVision
Fouilltes de Sagalassos

Destination Sagalassos – Partie 1

le 2014/08/25

Macellum de Sagalassos

     A 115 kilomètres au nord de la célèbre station balnéaire d’Antalya située au bord de la Méditerranée, se trouve Sagalassos, un magnifique site antique peu connu niché sur les contreforts des montagnes du Taurus !

Si les plus anciennes traces de présence humaine dans ce secteur remontent à 10 000 ans av. J.-C., les sources hittites datant du XIVème siècle av. J.-C. évoquent une ville de montagne appelée Salawasa qui probablement deviendra ensuite Sagalassos. La Pisidie est conquise par Alexandre le Grand en 332 avant notre ère et de sanglants combats eurent lieu sur la colline voisine appelée “La Coline d’Alexandre”.

Durant la période hellénistique, Sagalassos poursuit son développement économique durant le règne de l’Empereur romain Auguste (27 av. J.-C. – 14 ap. J.-C.). Sa croissance continue sous la domination de l’Empereur Hadrien (117-138 ap. J.-C.) qui détache la ville de la province de Galatie pour l’incorporer à celle de Lycie-Pamphylie. La cité devenue le siège du culte impérial pour la Pisidie reçoit le titre honorifique de “Première ville de Pisidie”.

Sagalassos continue de s’étendre sur plusieurs vallées fertiles environnantes et la production de céréales et d’olives y est importante durant les trois siècles de l’Empire romain. Les ressources en argile de très bonne qualité en font une région de production de céramique comme en attestent les nombreuses découvertes faites sur place, notamment dans le secteur appelé “quartier des Potiers”.

A partir du 4ème siècle de notre ère survient la christianisation qui sera visible sur place un siècle plus tard avec l’apparition d’églises. A la fin du 6ème et au début du 7ème siècle ap. J.-C., trois événements majeurs provoquent le déclin progressif de Sagalassos : deux tremblements de terres – un au début de chaque siècle – et une épidémie de peste qui survient vers 541-542. Des habitants continuent à y vivre de l’agriculture jusqu’au 13ème siècle pendant que se développe le village d’Ağlasun situé dans la vallée voisine.


Il faut attendre 1706 pour que Sagalassos émerge du passé grâce à Paul Lucas, diplomate français au service de Louis XIV. Jusqu’à la fin du 19ème, la cite n’intéresse pas grand monde, hormis le comte polonais Lanckoroński, l’un des rares qui y accorde un intérêt scientifique.

C’est à partir de 1983 que Marc Waelkens, professeur belge en archéologie à l’Université de Leuven, y dirige quatre campagnes de fouilles sous la direction de Stephen Mitchell, avant d’obtenir en 1990 le permission de fouiller la cité et de prospecter son territoire en son nom. Depuis cette époque, les travaux qui ont lieu tous les étés ont permis de mettre au jour de nombreuses trouvailles et de valoriser les vestiges situés entre 1450 et 1600 mètres d’altitude afin que les visiteurs en profitent.

La poursuite de la découverte de Sagalassos se fera dans le cadre du prochain billet.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>



Turquie Web GuideL'agenda CulturelGalerie VidéoBlog


Switch to our mobile site