TurquieVision
Fouilltes de Sagalassos

Istanbul, la ville qui appartient aux chats

le 2015/02/06

Chaton d'Istanbul

      Dans cette immense mégalopole où vivent entre 17 et 20 millions d’habitants, un groupe de résidents ne payant pas d’impôts, mangeant dans la rue et aimant la compagnie humaine occupe l’espace de manière prépondérante, il s’agit des chats d’Istanbul.


Les amateurs de minous sont gâtés ici, il y en a aux quatre coins de la ville et les observer permet de se faire une idée précise de la façon dont les autochtones les traitent.

De nombreuses municipalités d’arrondissements ont installé des « maisons à chats » sur plusieurs étages parfois d’où l’on voit dépasser les pattes des félins qui viennent y faire la sieste en toute quiétude.

Les habitants ont pour habitude de leur donner à manger, à boire, parfois de les soigner en cas de besoin et bien entendu de leur consacrer temps et câlins.

Si les chats sont effectivement partout légion à Istanbul, certains quartiers de la ville en accueillent plus que d’autres. Cihangir près de Taksim est sans doute un des coins les plus courus pour la gente féline.

Les musées de la ville ont aussi leur mascotte, tel Sainte-Sophie et son célèbre chat « gri » qui accueille les hôtes du monde entier avec grâce. A Beşiktaş, près du magnifique nouveau musée de la Mer, nos amis à quatre pattes faufilent entre les skatteurs et les promeneurs.

Le parc de Nişantaşı situé à proximité du musée militaire pourrait être renommé « Parc aux Chats » tellement ils sont nombreux à y vivre en permanence.

Les cimetières d’Istanbul regorgent aussi de milliers de chats qui s’y retrouvent parfois seuls, parfois en groupes, assis ou couchés sur les tombes, profitant du soleil et de la quiétude environnante.

Le long de la mer de Marmara sur la rive asiatique, du côté de Caddebostan et Bostancı, là encore le nombre de minous est impressionnant. Se faufilant entre les pierres installées le long de la digue ou perchés sur les rebords en observant les promeneurs, les chats d’Istanbul nous attendent, nous appellent et nous interpellent par leur comportement qui placide, qui en attente de câlins et de quelques croquettes ou de restes de repas bien entendu.

A Kadıköy, toujours sur la rive asiatique, le parc Özgürlük (qui signifie liberté) comprend outre une population féline importante de nombreuses sculptures animales thématiques qui font la joie des petits et des grands.

Les îles des Princes au large d’Istanbul sont également des coins où les chats se sentent bien, entre air vivifiant non pollué par les voitures qui y sont interdites et les poissons fraîchement pêchés qui se retrouvent chez les marchands et dans les assiettes des clients venus déjeuner ou dîner en terrasse pour le plus grand plaisir des matous et des minettes.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>



Turquie Web GuideL'agenda CulturelGalerie VidéoBlog


Switch to our mobile site