TurquieVision
Fouilltes de Sagalassos

Le harem du palais de Topkapı, un univers mystérieux et fascinant

Salon impérial, harem de Topkapı

Salon impérial, harem de Topkapı

Visiter le palais de Topkapı fait assurément partie des incontournables lorsqu’on vient à Istanbul. Beaucoup de touristes rechignent à payer un petit supplément pour découvrir le harem -construit en 1588 et quasiment entièrement refait suite à un incendie qui a eu lieu en 1665 – situé dans la seconde cour et qui mérite amplement de faire partie de la visite.

Depuis que la visite s’y fait librement, elle permet pourtant de prendre le temps désiré pour admirer, photographier et laisse libre cours à son imagination.

L’univers du harem a en effet toujours été source de rêveries et de fascination pour les occidentaux. De plus, les amateurs d’architecture orientale ne seront pas déçus et pour cause. Il y a ici céramiques,dorures, incrustations de nacre, marbre et autres matériaux précieux à foison.

Porte en incrustation de nacre, palais de Topkapı

Porte en incrustation de nacre, palais de Topkapı

Les différentes pièces, couloirs et salles visibles – sachant que certaines sont actuellement en cours de restauration – témoignent de la richesse des lieux.

Parmi les plus belles pièces se trouvent notamment les appartements de la sultane-mère qui avait un rôle prédominant au sein du harem. On y découvre la chambre à coucher ainsi que la salle de prière.

Le vaste salon impérial force l’admiration. Ce lieu de divertissement accueillait à l’étage en bois doré les musiciens venus jouer pour le sultan et ses invités. S’il y avait des femmes parmi les musiciens, elles devaient tourner le dos à la salle afin de dissimuler leur visage.

Environ 500 personnes vivaient dans le harem de Topkapı, ce chiffre comprenant les eunuques ainsi que les femmes, certaines figurant parmi les concubines ou les favorites, d’autres simplement là pour servir à la cour.

Dans ce labyrinthe composé de 300 pièces, seul un dixième est ouvert au public mais donne déjà l’occasion de se faire une idée plus précise de l’univers dans lequel vivaient ces femmes que l’on instruisait ici fort bien et dont la beauté devait attirer les différents sultans qui ont régné.

La plus célèbre d’entre elles est assurément Roxelane devenue la seconde épouse de Soliman le Magnifique et qui a brillé tant par son charme que par son intelligence et son tempérament de feu.

Commentaires »



Turquie Web GuideL'agenda CulturelGalerie VidéoBlog


Switch to our mobile site