TurquieVision
Fouilltes de Sagalassos

Mardin, la perle de la Mésopotamie – partie 2

Mardin

Mardin

La belle Mardin, dont la découverte a commencé dans le dernier post, mérite facilement 2 à 3 jours de visite, tellement il y a de ruelles pentues à arpenter de part et d’autre de l’avenue de la République qui sépare la partie haute et la partie basse de la vieille ville. Lire la suite »

Commentaires »

Mardin, la perle de la Mésopotamie – partie 1

Musée de Mardin

Musée de Mardin

S’il y a bien une étape qui doit figurer sur le parcours d’un voyage en Mésopotamie, c’est bien la belle Mardin située à une vingtaine de kms de la frontière syrienne et dont la vieille ville s’étend à 1325 m d’altitude sur le flanc d’un promontoire rocheux.

Celui-ci est surmonté de la citadelle qu’il n’est pas possible de visiter, étant située en zone militaire. Juste en-dessous se trouve la superbe medrese Zinciriye datant de 1385, ses deux dômes visibles d’assez loin. Dédiée à Sultan Isa, elle possède côté est une porte monumentale magnifiquement ouvragée. Les rosiers de la cour intérieure, la fontaine centrale et son emplacement en font un lieu très agréable.

De part et d’autre de l’avenue principale qui traverse le vieux Mardin, une multitude de ruelles pentues, parfois en escaliers, permettent de découvrir les demeures aux couleurs de miel et aux décorations typiques de la région.

Le superbe minaret de la mosquée seldjoukide Ulu datant du XIIème siècle se détache dans ce paysage de carte postale, tout comme de nombreuses bâtisses souvent imposantes, aux ornements des plus subtils.

Plusieurs églises de confessions différentes sont disséminées de part et d’autre. Sur l’avenue de la République se trouve l’église chaldéenne bien restaurée. L’église syriaque catholique vient également de faire l’objet de travaux de restauration réussis. La plus visitée est sans aucun doute l’église des 40 Martyrs – Kırklar kilisesi – appelée également Mor Behnam, construite au Vème siècle dans une ruelle étroite parsemée d’escaliers. Toujours en activité, elle fait partie des incontournables de la ville.

Eglise des 40 Martyrs, Mardin

Eglise des 40 Martyrs, Mardin

Le musée de Mardin a pris place dans un vaste immeuble historique du centre. Il abrite, outre des collections archéologiques issues de la région et remontant jusqu’à 4000 ans av. J.-C., des œuvres issues des différentes communautés qui font la richesse de la région. Une belle section ethnographique permet également de découvrir les innombrables particularités de la Mésopotamie.

Commentaires »

Le pont du Sultan Soliman à Büyükçekmece/Istanbul

Pont construit par Sinan à Büyükçekmece, Istanbul

Pont construit par Sinan à Büyükçekmece, Istanbul

Sinan, l’architecte ottoman le plus connu l’est tout particulièrement pour ses extraordinaires mosquées telles celles de Şehzade ou de Soliman à Istanbul ou la Selimiye d’Edirne mais moins pour ses ouvrages d’art, tel le superbe pon du Sultan Soliman érigé à Büyükçekmece à une quarantaine de kilomètres du centre historique d’Istanbul.

Sa construction, ordonnée par celui dont il porte le nom, débute en 1566 sur une route commerciale importante reliant l’ancienne Constantinople à l’Europe et où le lac de Büyükçekmece rejoint la mer de Marmara.

Achevé  l’année suivante durant le règne de Selim II, cette pièce maîtresse des oeuvres de Sinan mesure 636 mètres de long et 7,17 mètres de large et est composé de 4 parties et de 28 arches.

Durant sa construction, l’eau a été pompée afin de vider le lac et 40 000 m3 de pierres ont été utilisées. Le pont a fait l’objet d’une restauration entre 1986 et 1989.

Détail du pont Sinan, Büyükçekmece, Istanbul

Détail du pont Sinan, Büyükçekmece, Istanbul

A quelques dizaines de mètres à peine de ce dernier, Sinan a également construit en 1566 un petit caravansérail appelé “Han du plomb” – Kurşunlu han -, bel édifice en pierres taillées faisant 48 mètres de long sur 22,30 mètres de large et recouvert d’un toit en plomb d’où son nom.

Restauré en même temps que le pont, cet édifice sert à présent pour des activités culturelles et artistiques.

Sokullu Mehmet Paşa, grand Vizir de Soliman, a également demandé en 1567 à Sinan de réaliser une petite mosquée adjacente au caravansérail et qui porte le nom de son commanditaire.

Sa particularité principale est le minaret indépendant de la bâtisse et  réalisé en une seule pierre. Il n’existe que deux exemples de ce type au monde, le second minaret se trouvant en Egypte.

Commentaires »



Turquie Web GuideL'agenda CulturelGalerie VidéoBlog


Switch to our mobile site