TurquieVision
Fouilltes de Sagalassos

İskele, charmant petit quartier d’Urla au bord de la mer Egée

le 2020/01/30
Port d'Iskele-Urla

Port d’Iskele-Urla

L’embarcadère – iskele en turc – d’Urla, à 35 kilomètres du centre d’Izmir, est un quartier au caractère original, construit sur le site de la ville antique de Klazomenai, une des 12 villes ioniennes.

La tranquillité qui règne à Iskele en dehors des week-end, où de nombreux smyrniotes viennent s’y reposer en saison, a d’ailleurs inspiré plusieurs noms littéraires, notamment le poète grec Yorgo Seferis, lauréat du Prix Nobel de Littérature en 1963 et dont la maison natale, transformée en hôtel-restaurant en 2000, constitue un lieu de détente des plus agréables.

Le port, constitué pour partie d’embarcations de pêche – souvent de petite taille – et d’une ravissante petite marina, plaira aux visiteurs avec son harmonie et ses couleurs, en particulier au lever et au coucher du soleil.

Lever de soleil sur le port d'Iskele-Urla

Lever de soleil sur le port d’Iskele-Urla

Tous les matins, la population locale se réunit autour du petit chapiteau située à côté du port pour la traditionnelle criée où des poissons divers et variés ainsi que des calamars et autres spécialités qui termineront dans les assiettes de particuliers ou des restaurateurs.

Plusieurs charmantes demeures traditionnelles sont visibles à Iskele, certaines abritant des enseignes de restaurants de poissons, d’autres de cafés, d’hôtels ou de pensions ou certaines en cours de restauration.

Au fond de la cour de l’école primaire du quartier, derrière un mur grillagé, la bâtisse – malheureusement en mauvais état – n’est autre que l’ancienne église orthodoxe du quartier. Tant l’école que l’église ont d’ailleurs vu passer Yorgo Seferis.

Klazomenai, réputée pour ses fours à poterie durant la période du premier âge du fer mais aussi pour ses travaux de transformation des olives et son dépôt, s’est fait connaître suite aux fouilles entreprises en 1950 et poursuivies depuis 1980. Celles-ci ont permis de mettre au jour différentes trouvailles visibles en partie par le public. De même, deux constructions de type traditionnel permettent de découvrir et comprendre le système antique de réalisation d’huile d’olive et son dépôt dans les amphores à huile et à vin découvertes sur place.

Au large du port et après avoir emprunté la digue qui y mène, voici l’île de la quarantaine sur laquelle les français ont construit en 1865 les bâtiments qui ont abrité les malades isolés. Après une période où les lieux ont eu diverses fonctions médicales, l’île, inaccessible au public, abrite à présent le centre de formation et de simulation pour les situations d’urgence du Ministère de la Santé Turc.

Tous les samedis et dimanches, à côté de l’entrée du site antique, le petit marché regorge de produits locaux dont certains peu connus du grand public, telles des herbes égéennes fort appréciées et utilisées pour parfumer les plats les plus divers, est à visiter absolument.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>



Turquie Web GuideL'agenda CulturelGalerie VidéoBlog


Switch to our mobile site